Turquerie et Orientalisme, un regard francophone

« Au siècle de Louis XIV, on était helléniste, maintenant, on est orientaliste. Il y a un pas de fait.  Jamais tant d'intelligences n'ont fouillé à la fois ce grand abîme de l'Asie. »

 Victor Hugo - "Les Orientales" (1829)

En présence du Consul Général de France, Mr Bertrand Buchwalter, et du Président de l'Association mondiale des Consuls, Mr Aykut Eken, le traditionnel Festival de la Francophonie du Lycée Saint Benoît a débuté de manière tonitruante avec le vernissage d'une remarquable exposition "Un regard francophone : Turquerie et Orientalisme".

Jamais tant d'intelligences n'ont fouillé à la fois ce grand abîme de l'Asie... sur ces paroles de Victor Hugo, de nombreux invités ont également "fouillé ce grand abîme de l'Asie" et ont été séduits par cette collection rare de M. Erol Makzume qui exposait pour la première fois ces 50 tableaux de 40 maîtres de la peinture d'un autre temps...

L'Orient fascine, inspire, captive...

Il s'agit bien d'aborder la question de l'exotisme et de l'Altérité lorsqu'on traite de la Turquerie et de l'Orientalisme car le monde oriental fascine par sa différence et son raffinement. L'exotisme de l'Empire Ottoman fascine et captive jusqu'au XVIIIe siècle, peu à peu l'orientalisme lui succède au XIXe siècle. En 1830, le substantif "orientalisme" apparaît, il caractérise la science des "choses de l’Orient", la science des orientalistes qui étudient les civilisations et les langues "orientales". Après 1846, le terme prend une signification plus large de "goût pour les choses de l’Orient" et désigne en fait une forme particulière d’exotisme. L'Orient n'est plus qu'une zone géographique, c'est également un concept qui séduit et inspire la peinture et la littérature francophone.

Quels sont donc les éléments qui ont contribué à l'expansion de la Turquerie ?

Les éléments qui favorisent l'expansion de la "Turquerie" sont aussi nombreux que surprenants ; nous pouvons citer :  le loukoum, le nargile, la longue pipe, le tabac, le hammam turc, la cour, la serviette, le turban, le rumi ottoman (les motifs de grenade, de tulipes), la boisson qualifiée de “sorbet” par les européens, le sofa, le divan, la pince à cheveux, la ceinture en argent, le sabot, le mohair, les portraits en miniature, les céramiques d'Iznik, les fontaines d'ablutions, les broderies en soie de Bursa à motifs floraux, l'art du papier marbré (Ebru) et les habits brodés*. Ces objets de la culture ottomane qui venaient d'un Orient exotique et mystérieux étaient source d'inspiration, de curiosité et d'admiration pour les européens.

*Philippa Scott , Turqueries, pages 12-19, 2001 Thames & Hudson Ltd.- Londres.

Une exposition remarquable qui interroge l'Altérité

Issues de la collection d’Erol Makzume, ces œuvres exceptionnelles sont présentées au public pour la première fois ! La totalité de ces tableaux exposés sont l’œuvre d’artistes d’origine française ou de pays francophones qui utilisaient la langue française au quotidien. Un exquis mélange de l'Occident et de l'Orient, une réelle rencontre de l'Autre.

Comme le précise le Directeur du Lycée, Mr Pierre Gentric : "L'occidental imagine l'Orient ! L'Orient devient un espace de création. Lynn Thornton écrit très justement à ce propos :"Beaucoup de voyageurs et d'artistes continuaient cependant de parer l'Orient de leur propre romantisme". Ainsi, le portrait, la représentation que nous prétendons présenter de l'Autre est, en réalité, soit un complément de notre image, soit une caricature. En regardant l'Autre nous confirmons notre identité." L’imaginaire orientaliste s’organise autour d’un système de représentations collectives conçu et propagé par la pensée occidentale dans sa quête d’elle-même.

Avec le concours de la Fédération mondiale des Consuls et Sous le Haut Patronage du Consulat général de France

C'est une réelle reconnaissance pour cette exposition et pour "La Galerie" du Lycée d'accueillir des invités de prestige tels que  Mr Bertrand Buchwalter, Consul général de France à Istanbul, ainsi que M. M'hamed Ifriquine, Consul général du Maroc à Istanbul. C’est avec un immense honneur que nous avons également écouté M. Aykut Eken, Président de la Fédération mondiale des Consuls (FICAC) qui a partagé, lui aussi, son bonheur d'être présent aux côtés de son confrère Mr Erol Makzume, Consul général honoraire de la République de Guyane à Istanbul. De nombreux autres Consuls honoraires étaient présents dans l'Assemblée.

Un catalogue de l’exposition pour chaque invité

Un catalogue réunissant les œuvres de l'exposition et présentant les biographies de leurs auteurs a été offert à chaque invité présent lors de ce vernissage.  Conçu par Monsieur Erol Makzume, ce catalogue pourra rejoindre le précédent catalogue de l'exposition : "Pierre Loti et les Silhouettes de Hassan"

La presse en parle...

Erol Makzume - Biographie

Erol Makzume est membre du Conseil d’administration d’une société familiale spécialisée dans le transport maritime et terrestre. Il exerce la fonction de Consul honoraire de la République de Guyane en Turquie. A partir de 1980, il effectue des recherches concernant les peintres européens nomades orientalistes du 19ème siècle venant de l’Empire Ottoman

De 2004 à 2007, il est curateur de l’exposition de la Grande Assemblée Nationale de Turquie, du Département des Palais nationaux. Il participe à des expositions incluant les œuvres rétrospectives de Fausto Zonaro et Leonardo de Mango, au Palais de Dolmabahçe et en Italie. En 2006, il organise l’exposition "De la collection du Palais ottoman" à Abou Dabi, "Les Orientalistes dans le palais ottoman" au palais de Dolmabahçe, "Les orientalistes italiens sur le territoire ottoman" ainsi que bien d’autres expositions…

Ses articles biographiques au sujet des artistes orientalistes et ses recherches à propos de l’histoire ont été publiés dans différentes revues turques et étrangères.

L'exposition "Un Regard Francophone : Turquerie et Orientalisme"
est ouverte au public jusqu'au 5 avril,
de 15h30 à 18h (hormis le dimanche)

Galerie